Bienvenue sur ...
... Le Monde Des Séries
Sommaire de la page
Retour Accueil
Index des Séries
LMDS TV
Les niouws
Les fans clubs
Le forum
Vos ch'tites annonces
Le chat
Les liens
A la télé
Nous écrire
A propos du site

Fiche technique

Série américaine Titre original : Moonlighting
Créée par : Glen Gordon Caron
Période : 3 Mars 1985 (ABC), 1er Mars 1987(M6)
Nombre d'épisodes : 5 saisons : 66 épisodes de 50 mn ( pilote de 90 mn )
Acteur : Cybill Shepherd (Maddie Hayes), Bruce Willis (David Addison), Allyce Beasley (Mlle Topisto ( la secrétaire ) ), Curtis Armstrong (Burt Viola (à partir du 28 ème épisode) )


Avis perso

Ils en tiennent une couche Maddie Hayes a connu son heure de gloire en tant que mannequin vedette pour le shampooing Clair de lune . Elle a réussi a amasser une fortune colossale, qu'elle s'est empressée, sur les conseils de son homme de loi, de placer dans diverses affaires. C'est ce même homme de loi qui, un beau matin, disparaît avec sa fortune, ne laissant en sa possession que quelques liquidités. Et une agence de détectives privés. Celle-ci est dirigée par David Addison, chef du personnel et détective a ses heures, c'est à dire quand il a terminé de récupérer de son retard de sommeil et de ses retours de fête bien arrosés. Maddie se rend a l'agence pour signifier a David qu'il est renvoyé et que la société est mise en vente. David tombe immédiatement amoureux fou de Maddie et est bien décidé a ne pas la perdre de vue. Son seul salut est de la convaincre de ne pas fermer l'agence Blue Moon et de venir travailler avec lui . Maddie s'y oppose catégoriquement. Mais, au terme d'une enquête débridée dans laquelle ils affrontent une bande de redoutables néo-nazis, Maddie revient sur sa décision et prend les rênes de l'agence. Commence alors une bien curieuse relation entre elle et David.

La série du temps de sa splendeur fut nommée 7 fois aux Emmy Awards et fait unique, a la fois dans la catégorie dramatique et comédie. Enfin elle a accueilli pas mal de stars du petit et du grand écran : Whoopi Goldberg, Orson Welles, Ray Charles, Jimi Hendrix, Percy Sledge... Caron (le créateur) appliqua pour Clair de Lune , une règle unique : Pour chaque épisode, construire très précisément une énigme policiere en trois actes. puis l'oublier ! Suspense, action, mystère, poursuite de voitures et coups de feu passent au second plan. Les intrigues, pourtant toujours originales, servent a "accrocher tout le reste". "Le reste", ce sont les relations conflictuelles (Ambiguës) entre les deux héros ainsi que les 'dérives extra-diégétiques' des scénarios, qui ont pour toile de fond le thème de l'épisode, a chaque fois décidé par le client du jour de l'agence Blue Moon. Et c'est ce "reste" que j'ai décidé de traiter dans ce dossier.

Au terme de l'histoire, le méchant prend le contrôle de la situation et décide de tuer tout le monde. Les héros sont en fort mauvaise posture. Mais que se passe-t-il ? Sous nos yeux ahuris, des techniciens en bleu de travail pénetrent tout a coup dans le champ de la caméra et arrachent l'arme des mains du méchant. Imperturbables, ils commencent a démonter les décors et s' emparent de tous les accessoires en invoquant des raisons de "délais" ! Un moment surpris, les protagonistes de l'histoire, ou plus exactement les acteurs qui les incarnent quittent les restes du décor et sortent d 'un bâtiment qui, nous le découvrons maintenant, est un studio. Apres s'être souhaité "de bonnes vacances", ils montent dans leur voiture et s' éloignent. Raccord générique. Fin de l'épisode, ou plus exactement, pas de fin de l'épisode ! Serait-on en train de se moquer de nous ? Pas du tout. Bien au contraire, pour une fois, on nous prend pour un téléspectateur intelligent. Bienvenu dans l'univers imprévisible de Clair de lune.

Judicieux mélange de comédie, fantastique, policier et suspense, cette série caracolait en tete du "top 20" des shows avec Dallas. Filmé entre rêve et réalité, hyperréalisme et sitcom d'héroic fantasy, Clair de lune a posée les bases du 'décalage' télévisuel entre humour et sérieux, satire sociale et docudrame.

La particularité de la série ( ce qui l'a fait rester dans les annales ) est d'avoir brisée le sacro saint "4 ème mur de la télévision" d'une manière particulière et constante : c'est a dire celui qui n'existe pas car la caméra filme par cette ouverture. En effet c'est la première fois que les acteurs parlent avec les cameramen, les scénaristes et surtout s'adressent aux téléspacteurs. David et Maddie interviennent constamment pour nous expliquer une histoire trop compliquée, s'excuser au nom des scénaristes, nous prendre a témoin, faire accélérer la fin d'un épisode faute de temps, lire le courrier des lecteurs ...

LuiL'introduction de scènes qui font littéralement entrer les téléspectateurs dans l'histoire, fait passer la série d'une brillante comédie policière a un doux délire fort réjouissant. On se moquera alors éperdument que les héros bouclent les affaires qui leur sont confiées. L'intéret est déplacé a un autre niveau. La manière dont l'enchaînement des scènes est commenté par Maddie et David, les réflexions du style : Mais, ça ne se passe pas du tout comme ça dans les autres séries ou. Attention, on va tourner la scène de la poursuite finale , font basculer la série dans l'irréalisme le plus complet.

L'agence de détective de Claire de lune n'est qu'un prétexte pour développer des histoires qui permettront de faire et de dire pratiquement n'importe quoi, mais avec un sens aigu de la dérision. Les scènes habituellement supprimées dans les séries policières ont ici la vedette : Maddie passe dans le bureau de David, se dispute avec lui, claque la porte, réintégre son bureau, suivie peu apres, par David qui vient poursuivre la conversation . Pendant ce temps, avouons-le, l'enquête ne progresse pas beaucoup. Mais le tout est subtilement arrosé d'humour. Nous passons également, dans chaque épisode, de longues minutes en voiture en compagnie de Maddie et de David, nous les écoutons discuter ( de la pluie et du beau temps, de la route a prendre) et aussi se disputer a nouveau. Garer la voiture est encore une occasion d'échanger quelques mots et, surtout, de claquer les portières.

Et l'enquête ? Elle fait bien sur partie des discussions entre nos deux amoureux, mais d'une façon qui renforce de maniere éclatante leur antagonisme. Les commentaires portent aussi tres souvent sur la réalisation de l'épisode lui-meme. Les dialogues semblent plus souvent servir a analyser le déroulement d'une série policiere télévisée plutôt qu'a résoudre l' affaire pour laquelle ils ont été engagés.

La série fonctionne en effet comme une sorte de miroir. On peut considérer Clair de Lune comme la première série a prendre véritablement en compte tout le passé culturel de la télévision (Dream On ne viendra que cinq ans plus tard). Les personnages font souvent appel a leur mémoire de téléspectateur (comme dans Remington Steel). Ainsi David se met-il a chantonner le générique de la Quatrième Dimension dans les moments d'angoisse. Mais la série elle-meme fait appel a des références "téléphiliques". Dans l' épisode intitulé "L'ange Gardien", Agnés Topisto est transformée (dans une séquence de rêve) en directrice d'une multinationale spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de rimes. On la voit assise dans une pièce immense derrière un bureau en ver et fumant un petit cigare. Sa ressemblance, alors qu'éclate la musique du générique de Dynastie, avec le personnage d'Alexis Colby (incarné par Joan Collins) n'est pas qu'une coincidence !

Les acteurs font quelques fois irruption avant le générique d'ouverture pour parler des lettres qu'ils reçoivent des téléspectateurs ou faire des commentaires sur l'épisode de la semaine précédente. Dans un épisode, les personnages s'excusent que l'histoire se termine si rapidement alors qu'ils doivent encore occuper l'antenne pendant quelques minutes, évoquant ainsi les difficultés rencontrées par la production lors de la grève des scénaristes américains en 1988 (ils se déciderons finalement a chanter.) . Mais le gag le plus drôle revient a cette séquence placée au début d'un des épisodes. La musique du générique commence, mais sans parole. Une voix s' élève, la musique s'arrête et toute l'équipe apparaît a l'écran, dans les studios attenant aux décors. Et on nous explique qu'Al Jarreau, l'interprète de la chanson, n'a pas été prévenu du changement d'horaire de Clair de Lune ! Les scénaristes, en faisant croire aux téléspectateurs que le générique est joué chaque semaine en direct, meme s'ils savent fort bien qu'aucun ne pense que les choses se déroulent de cette façon, introduisent une relation primordiale entre eux et les spectateurs. Le succés de Clair de Lune n'est pas a chercher ailleurs que dans cette complicité qui unissait le public et les personnages.

Des scènes ou répliques, soulignant le fait que les personnages se savent fictifs, surgissent a tout instant. Dans "Le portrait de Maddie", David Addison entre dans un bureau en ouvrant brutalement la porte. Son occupant lui demande : "Qu'est-ce qui vous prend d'entrer comme ça ? Addison : J'en sais rien, demandez au scénariste !". Le décor apparaît subitement vide : "normal, cet angle de caméra n'était pas prévu ! ; Vous n'êtes pas vous même aujourd'hui . Pas d'affolement, quelqu'un a du inverser les dialogues dans le script !". Les mêmes personnages, prononçant les mêmes dialogues, sont joués par des acteurs différents : "quelqu'un a du photocopier la meme séquence par erreur !"

Toujours dans le registre "entorses a la vraisemblance de la fiction", de surprenantes 'dérives' apparaissent soudain au cours des épisodes. Dans "Sam et Dave", un critique de télévision résume l'épisode précédent, a l' intention de ceux qui l'auraient raté en croyant qu'il s'agissait d'une rediffusion, et au moment ou il déclare que sa participation a la série est désintéressée, une main lui tend une enveloppe que l'on devine pleine de billets ! Dans "Un veuf pas ordinaire", les deux héros s'embrassent fougueusement a la fin de l'épisode (une scène que le téléspectateur attend depuis le début de la série), mais nous découvrons quelques secondes plus tard qu'il s'agissait que de la visualisation de leurs fantasmes communs ! Dans "Rock around Shakespeare" un téléviseur apparut a l'écran s'éteint après le générique d'ouverture et une mère ordonne a son fils d'aller réviser ses leçons d'anglais, au lieu de regarder des imbécillités (telles Clair de lune) a la télé !

Le garçon monte dans sa chambre, ouvre la "Mégere Apprivoisée" a la première page, et l'épisode commence. avec tous les acteurs habituels, mais en costumes du 16e siècle ! Est-il besoin d'ajouter que tous les dialogues de épisode sont en vers.

ElleLa parodie des séries concurrentes et des classiques du cinéma est aussi de mise. Les cinéphiles peuvent reconnaître dans beaucoup de titres originaux de Clair de lune des détournements de titres de films célèbres. Ainsi, pour l'épisode "l'Ange gardien" (it's a wonderful job ), c'est celui du film de Frank Capra, "La vie est belle" (it's a wonderful life), qui est revisité. Au cours de ce même épisode, Maddie découvre que l'agence Clair de lune a été rachetée par Jonathan et Jennifer Hart (les justiciers milliardaires). Dans "Le rêve était presque parfait", Orson Welles apparaît en personne (son intervention été filmée quelques semaines avant sa mort) pour annoncer que l'image va virer au noir et blanc. Et effectivement, l'épisode se poursuit avec une superbe photographie noir et blanc ! Celui-ci raconte deux fois la même histoire, mais rêvée de deux point de vue et filmée dans deux styles différents : Façon film MGM pour Cybill Shepherd, et film Warner Bross pour Bruce Willis.

Outre cette profusion de scènes délirantes, l'autre constante de la série est la relation ambiguë entre les deux personnages. Maddie a-t-elle le sens de l'humour ? David peut-il se conduire en adulte pendant une semaine entière ? Comment Maddie Peut-elle ne Pas croire en Dieu ? Y a-t-il du mal a sortir et se jeter dans les bras du premier venu pour une brulante nuit d' amour ? Maddie Hayes et David Addison affectionnent les échanges de points de vue au cours desquels chacun parle en même temps que l'autre, les engueulades violentes et les claquements de porte a répétition. Il leur arrive même d'en venir aux mains ! Cependant, nous savons ce qui se cache derrière ces scènes permanentes. Des le premier épisode, ils sont tombés amoureux l'un de l'autre, mais ils se refusent a l'admettre, parce qu'ils sont trop différents et, surtout, beaucoup trop fiers. Et, a chaque épisode, la même question nous revient a l'esprit : quand, enfin, vont-ils "passer a l'acte" ? Et, quand ils l'auront fait, les choses seront-elles réglées pour autant ? Les dialogues sont de véritables pugilats verbaux, fusant a une vitesse et une profusion telles qu'il est parfois difficile de les suivre. A plus forte raison lorsque Maddie et David donnent chacun leur point de vue, pendant plusieurs minutes et en même temps ! Ces dialogues sont d'ailleurs si abondants qu'au lieu des 50/60 pages de script habituelles pour des séries de 50 minutes, ceux de Clair de Lune en comptent en général, selon la légende, 90 a 100 !

Regarder Clair de Lune, était un vrai plaisir pour le téléphage que je suis. C'était plus qu'une série, c'était un jeu dans lequel il fallait identifier les références faites aux films cultes ainsi qu'aux autres séries. A l' instar des films auxquels elle rendait hommage, Clair de Lune est devenu un classique.
Cyril

Haut


Boutique

Boutique neuf
Rien dans l'immédiat, mais nous menons l'enquête.
5 offert sur votre 1ère commande (voir conditions sur l'accueil du site)

Boutique occasion
Proposition--> Cliquez ici pour chercher des objets ou K7 d'occasion de la série sur eBay (mots conseillés : moonlighting, Willis, lune).
     Et pour être alerté de la mise en vente d'objets, pensez à vous inscrire sur le site d'eBay!

Haut


Liens

Lien-->

Haut